Votre pressing haute qualité à domicile : 5€ de réduction sur votre première commande avec le code BLOG2018

Le stoppage en quoi cela consiste?

Stopper c’est quoi?

Lorsque l’on parle de Pressing, on parle bien évidemment de coutures, de retouches et de stoppage ! Le stoppage, c’est un peu le grand luxe de la couture, le summum, le nirvana !!! Trêve de plaisanteries, le stoppage c’est l’art de redonner vie à un vêtement en réparant un trou pouvant être dû à de nombreux aléas de la vie (ex : trou de cigarette, accrocs divers, griffures, coup de ciseaux/lames…). Ok vous me direz, mais concrètement cela consiste en quoi le stoppage ? En pratique, il s’agit d’une opération de tissage très sophistiquée qui consiste à reconstituer la trame et la chaîne des brins manquants du tissu, fil à fil en respectant l’armure. Imaginez-vous, le temps, la patience, la vue et la couleur du fil qu’il vous faut retrouver à l’identique ! Et oui, peu importe le trou, il est nécessaire que le fil choisit soit de la même couleur que ceux qui composent votre pull adoré ou votre costume de travail ! Généralement, à moins d’aller dans l’usine où a été fabriquée votre vêtement, la stoppeuse prend tout simplement du fil d’une doublure (ex : ourlet, manche…) ou sur une des coutures internes. Cette intervention très délicate est réalisée généralement par une femme (et ouais, on n’a pas tous des supers yeux et une patience de malade !!!) qui permet de rendre invisible la réparation sur l’endroit du tissu alors qu’à l’envers quelques fils dépassent car sur le trou restauré, il n’est pas possible d’effectuer des points d’arrêts avec l’aiguille, cela déformerait la couture. Cette opération, différent du reprisage, peut être assimilée à une opération de remaillage en plus compliquée. Par ailleurs, le stoppage ne peut être effectué que sur des toutes petites surfaces avec l’utilisation d’une loupe. La taille et la caractéristique du trou ne peuvent être appréciés que par une personne experte pour déterminer si la réparation est envisageable ou si une couture en zig-zag fera l’affaire !

 

Les différentes étapes du stoppage

Lorsque l’on doit faire une opération de stoppage, il est d’usage de respecter certaines étapes clef pour que l’opération de stoppage soit un succès. En synthèse, voilà les principales étapes réalisées :

Les différentes étapes d'une opération de stoppage

Les différentes étapes d’une opération de stoppage

1-Analyse du trou ou de l’accroc

Avant de réaliser un stoppage sur un vêtement, il faut analyser le trou, notamment le type de trou et sa taille. Ceci doit permettre de savoir si l’opération de stoppage est possible ou non. Pour commencer, la taille du trou est primordiale. En effet, quand bien même un stoppage est possible sur n’importe quel type de tissu, que ce soit naturel (ex : coton, laine…) ou synthétique, la taille du trou doit rester raisonnable pour que l’opération soit faisable. Par expérience, il que le trou soit compris entre 0,5 et 1 cm de diamètre pour que visuellement cela soit propre et invisible. Au-delà, cela devient compliqué de rendre l’opération de stoppage visuellement transparente ! L’analyse du trou doit également permettre de savoir comment procéder à l’opération, même si elle reste généralement toujours la même, mais surtout de vérifier qu’il n’y a pas d’autres dégâts. Les trous les plus courants sont dus à :

  • des mites,
  • des cigarettes,
  • des accrocs (ex: poches arrachées, doublures tirées, boutons décousues arrachant le tissu, coups de ciseaux ou de vis…),
  • des usures (ex: fesses pantalons, coudes vestes, col vestes…),
  • des fils tirés.

2-Récupération des fils à l’identique

Compte tenu que l’opération de stoppage consiste à entrecroiser les chaînes et les trames d’un tissu en les tendant pour combler un trou, il est évident qu’il faut se procurer les mêmes fils qui composent le tissu. Si vous faites un stoppage avec des fils d’une couleur différente, aucun intérêt, cela sautera aux yeux car la couleur sera différente ! Pour avoir les mêmes fils que les originaux, vous pouvez en prendre dans les doublures (ex : revers de manches, ourlets…) ou en neuf. Le 1er scénario est le plus facile et plus sûr !

3-Passage des fils de trame (horizontaux)

Ensuite, il faut passer les fils de trame en deux temps à l’aide d’une aiguille. Au début, il est nécessaire de passer la moitié des fils puis l’autre moitié de manière à s’assurer qu’aucun fil ne manque. Cela permet également lorsque les fils sont fins et de la même couleur de ne rien oublier. Selon la largeur du trou, le nombre de fils à passer peut varier et il fortement recommander d’accrocher la pièce trouée à quelque chose de fixe. Par exemple, une pièce arrondie en tissu ou un autre morceau de tissu. Cela permet de tendre la zone à stopper et qu’elle ne bouge pas au fur et à mesure de l’opération.

4-Passage des fils de chaîne (verticaux)

Dès que cette opération est réalisée, il faut faire la même chose sur les fils de chaîne (fils verticaux). Là encore, chaque fil doit faire l’objet d’une attention particulière en termes de couleur et de tension afin de respecter l’homogénéité du tissu. C’est important de maintenir une tension suffisante sur chaque fil tiré afin que le trou stoppé ne se déforme pas dans le temps. Patience, dextérité manuelle et innocuité visuelle sont les maîtres mots de ces deux étapes. La finesse et le type de fil sont des variables qui viendront complexifier ou faciliter le passage des fils !

5-Découpe des fils restants et identification du stoppage

Si l’opération est correctement réalisée, il doit toujours rester des fils dépassant de part et d’autre. C’est pourquoi, il faut couper les fils proprement pour que l’on ne voit plus rien. Si le stoppage a été bien effectué, il est même parfois nécessaire de prendre un fil d’une couleur vive (ex : rouge, jaune) pour le coudre rapidement à l’endroit du stoppage afin que le client voit exactement l’endroit où la réparation a été effectuée.

 

Les principaux outils du stoppage

Pour effectuer une opération de stoppage sur un costume ou une gabardine, il est nécessaire de disposer de quelques outils bien particuliers. Le 1er est la loupe grossissante et éclairante ; sincèrement, cet investissement pour la stoppeuse est vital compte tenu de la finesse des fils et de la bonne vision à avoir. Ensuite, les outils classiques à savoir le coussin, les ciseaux, du fil et des aiguilles de tailles différentes.

 

Les prix et adresses

Un stoppage, cela coûte combien ?

Le coût de la réalisation d’un stoppage est proportionnel au temps passé et au niveau de complexité du stoppage. Ainsi par exemple, si vous avez une brûlure de cigarette sur votre smoking Brioni préféré avec une trame de tissu très fin, cela demandera plus de temps et d’attention pour réaliser le stoppage. Généralement, il faut que le prix du stoppage soit intéressant comparé au prix du vêtement à stopper sachant qu’un stoppage pour un costume commence à 50/60 euros. Si le prix du stoppage est équivalent voir supérieur au prix du vêtement, autant racheter le vêtement. En revanche, si ce dernier a un prix supérieur ou une valeur sentimentale, autant le faire réparer.

 

Où faire stopper à Paris ?

C’est là où cela se complique… ! Le métier de stoppeuse est un métier qui a presque disparu et il reste moins d’une dizaine de bonnes stoppeuses en France. Désormais, les clients préfèrent racheter un vêtement, un drap ou une pièce d’ameublement en raison des faibles coûts du textile et des habitudes de consommation. Pour autant, en tant que pressing haute qualité à domicile, Pressandco voit tous les jours des clients nécessitant ce type de prestations. Nous vous avons fait une petite sélection des meilleures adresses parisiennes, sachant que bien évidemment, nous travaillons avec certains d’entre-eux pour les opérations de stoppage :

 

2017-11-26T16:18:49+00:00

Leave A Comment